La Police de la Pensée en flagrant délit

En bon petit soldat de la Police de la Pensée, Nice Matin prend toute sa place dans le montage médiatique mondial du « drame du petit enfant syrien noyé ».

Nice-Matin la une 4 septembre 2015J’écoutais hier vers les 20 heures dans ma voiture France Info, et ne manquai pas d’être interpellé par le « paquet » qui était mis sur LA photo du petit enfant syrien mort noyé sur une plage turque. Il m’est tout de suite apparu que France Info (appelée souvent aussi France Intox) participait activement à une opération de propagande, mais non plus au niveau français comme pour « Je suis Charlie », mais à une opération internationale d’envergure.

Le journaliste du Parisien invité, bien pensant pourtant, était tancé pour n’avoir pas encore publié cette photo alors que toute la presse internationale l’avait déjà fait. Celui-ci eut beau expliquer qu’il convenait de prendre du recul sur ce type de photos très dures, il dut presque s’excuser. De fait ce matin, la une du Parisien est entièrement consacrée au « petit noyé syrien », mais avec une autre photo. La Police de la Pensée à l’œuvre en direct. Elle nous impose un nouveau le terme, celui de « réfugiés », car le mot « migrants » est trop négativement connoté. Le journaliste explique cela sans vergogne en direct. De fait ce matin, toute la presse bien pensante, à l’unisson, a mis à jour son vocabulaire et ne parle plus que de réfugiés. Même les mots nous sont imposés.

Le matraquage de France Info avait déjà démarré dans la journée, notamment en ostracisant le député Gilbert Collard pour ne pas « changer de discours face à l’enfant syrien » [sic], car il ne s’émouvait pas suffisamment sur LA photo, en affirmant, en responsable politique : « Ce qui est extraordinaire d’hypocrisie c’est qu’il vous faut une photo, bande de salauds, pour vous émouvoir. Vous découvrez aujourd’hui parce qu’il y a une photo, au demeurant bien présentée, que des enfants meurent. C’est de la comédie ».

Ce matin, toutes les brèves de France Info font référence à LA photo, et « la prise de conscience qu’elle suscite chez les Français qui se disent prêts à accueillir chez eux des réfugiés ». Diable, c’est qu’il faut faire vite. Nice Matin se devait de prendre sa place dans cette opération de propagande.

Rares sont les journalistes qui condamnent le gouvernement d’avoir déclenché de toutes pièces le conflit syrien en armant et en formant une rébellion qui devait renverser le régime. Rares sont ceux qui rappellent que Fabius voulait éliminer physiquement le président élu Bachar El Assad, qu’Emmanuel Valls traitait encore récemment de « boucher ». Et si on montrait les petits syriens morts sous les armes que les Français ont livrées clandestinement en Syrie ?

L’objectif de cette grossière opération de propagande : inciter les Français à héberger chez eux ces immigrés clandestins, pardon ces migrants, non, ces réfugiés, puisque le gouvernement n’a plus d’argent, même pour les Français. À cette fin, le mainstream a retenu une photo qui déclenche l’émotion en même temps que la culpabilisation. Le mainstream a choisi très habilement un enfant syrien, d’un pays effectivement en guerre – grâce à nous et nos alliés –, et non pas un enfant d’Afrique sub-saharienne. Il ne faut pas affoler trop les Français, eux qui sont récalcitrants à accueillir cette vague migratoire [source]. Mais un bon matraquage médiatique remettra tout cela dans « l’Ordre ». C’est parti pour.

Rédaction

Ceci peut aussi vous intéresser

Emmanuel Macron Toulon 18 février 2017

Il nous a compris, il nous aime… Pas nous !

Voilà ce qu’il faut retirer de cet après-midi de manifestation. Le candidat à l’élection présidentielle …