David Rachline Sénat

Le sénateur-maire de Fréjus, David Rachline, prône le rétablissement de bonnes relations franco-russes

Reproduction de l’interview de David Rachline, sénateur-maire de Fréjus, par rt.com.

RT France : Pourquoi vous êtes-vous prononcé pour la résolution [NDLR : mettant fin aux sanctions économiques contre la Russie]  ?
David Rachline : J’ai demandé à ce que l’intégralité des sanctions à l’égard de la Fédération de Russie soit levée parce que je considère que c’est absolument dramatique sur le plan économique d’abord pour les Français, pour les agriculteurs français, pour tous ceux qui sont pénalisés par ces sanctions, et que, de surcroît, cela ne faisait strictement rien avancer. On le voit bien, rien n’a évolué à la faveur de ces sanctions. Donc il faut utiliser les armes diplomatiques si c’est nécessaire, mais certainement pas ce genre de sanctions qui ne servent à rien, si ce n’est à pénaliser l’agriculture française.

RT France : On constate que cette résolution est un peu timide, elle va moins loin que celle qui avait été proposée à l’Assemblée nationale par Thierry Mariani. On parle ici plutôt d’un dialogue renoué, d’une levée des sanctions progressive. Mais vous êtes pour une levée totale de ces sanctions et un rapprochement avec la Russie.
David Rachline : C’est même très timide effectivement. J’avais trouvé la proposition de Thierry Mariani beaucoup plus courageuse, il faut bien le dire. Dans mon intervention j’ai demandé, comme je vous le disais, la levée de l’intégralité des sanctions à l’égard de la Fédération de Russie. Je considère qu’elles n’ont absolument pas lieu d’être et que c’est de toute façon, même en voie de discussion, la mauvaise méthode. La Russie doit être considérée comme un allié de la France, comme partie intégrante de l’Europe. D’ailleurs je ne vois pas bien pourquoi on parle de l’Europe d’un côté et de la Russie de l’autre. Elle fait partie de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, que nous appelons en ce qui concerne de nos vœux. C’est ce que disait Charles de Gaulle et d’autres après lui. Donc dans ce sens-là, nous ne voyons pas très bien l’intérêt de cette absence de volonté, il faut bien le dire, de la part des Républicains au Sénat qui ne prennent pas leurs responsabilités et qui devraient aller beaucoup plus loin. Thierry Mariani a eu ce courage, tant mieux. On aurait dû le suivre ici au Sénat, à mon avis.

RT France : Une réunion du Conseil européen doit se tenir fin juin pour décider de renouveler ou pas ces sanctions. Les résolutions ne sont pas obligatoirement suivies par le gouvernement. Le gouvernement peut passer outre. Pensez-vous que François Hollande et les autres chefs d’Etats européens vont renouveler ces sanctions ?
David Rachline : Comme la plupart des Français, je n’attends plus rien de François Hollande et donc je crains qu’il ne s’entête à vouloir sanctionner la Russie pour des raisons éminemment politiques et géopolitiques. Il suit en cela, il sert de caniche de l’OTAN et des Américains comme ils le font d’ailleurs régulièrement depuis plusieurs années. Ils sont totalement soumis. Si l’Union européenne était un petit peu indépendante, elle devrait faire preuve d’indépendance d’esprit. Nous avons l’impression en effet que quelques pays essayent de se remettre sur la voie de la sérénité, c’est tant mieux. Je ne crois pas malheureusement que ce sera le cas de François Hollande et de son gouvernement qui sont pieds et mains liés et au service des intérêts qui ne sont pas ceux de l’Union européenne et encore moins ceux des Français.