Marathon en moins de 2 heures : échec pour Kipchoge

La tentative visant à courir le marathon en moins de 2 heures s’est soldée par un échec. Le Kenyan Eliud Kipchoge a mis 2h 00mn 25s pour couvrir les 42,195 km (1).

Le staff du projet Breaking2 de Nike avait fixé la tentative de Eliud Kipchoge au 6 mai à Monza, sur un circuit fermé de 2,400 km. Var-Provence.Info vous a déjà fait découvrir de façon anticipée les tenants et aboutissants de ce projet sportif hors du commun : voir ici

Mais il ne pouvait être question de record du monde puisque les conditions dans lesquelles la course se déroulait ne permettaient pas d’officialiser la performance. En effet, rien que la voiture qui précédait les coureurs pour leur couper le vent – et qui délimitait au sol par un faisceau lumineux l’endroit où courir pour bénéficier au mieux de sa protection – ne correspondait en rien à des conditions normales de course. Sans compter les équipes de lièvres se relayant – et revenant en course tous les deux tours, après un court repos – pour accompagner et protéger Kipchoge, les ravitaillements mobiles et non établis à des endroits fixes, ainsi que l’absence de reconnaissance officielle de la compétition.

Il convient donc d’examiner la performance plutôt que les circonstances.

Un chrono de 2h00’25s dans ces conditions, même s’il semble étonnant comparé au record du monde officiel détenu par Dennis Kimeto (KEN) en 2h02’57s et au record personnel de Kipchoge en 2h03’05s, ne paraît pas si extraordinaire pour un marathonien qui s’est préparé pendant sept mois dans ce seul but et qui a bénéficié d’autant d’aides extérieures lors de sa course. Le chrono en moins de deux heures était envisageable et le résultat est donc un échec… ce qui n’empêche pas de saluer la performance accomplie par le Kenyan, ce que nous faisons bien volontiers !

Contrairement à ce que certains commentateurs ont soutenu après l’arrivée, le résultat n’ouvre pas une ère nouvelle mais démontre uniquement qu’un marathonien, dont la valeur physiologique sur les 42,195 km est d’environ 2h dans des conditions optimales, ne vaut plus que 2h02′ ou 2h03′ dans des conditions normales de course. Et que toutes les aides que l’on peut lui apporter pour le « tirer » lors de sa course, afin qu’il aille plus vite, représentent environ trois minutes.

Nous verrons, lors des marathons d’automne, ce que fera le Kenyan, sans doute à Berlin où on l’annonce sur le parcours emprunté lors des six derniers records du monde de la distance. Notre précédent article l’estimait capable de réaliser aux alentours de 2h02′ et c’est peut-être le niveau où on le pointera à ce moment-là. Mais rien ne dit qu’il l’emportera s’il se retrouve opposé à Kenenisa Bekele (ETH). Un Bekele dont on a longtemps pensé qu’il était le seul à pouvoir un jour faire descendre le record officiel sous les deux heures… et à qui la tentative de Kipchoge pourrait bien donner des idées.

Le duel, s’il avait lieu fin septembre dans la capitale allemande, serait alléchant et relancerait l’espoir que beaucoup caressent de voir un homme s’approcher un peu plus des deux heures au marathon… mais dans une vraie course, cette fois !

Ophélie Dubreuil,  7 mai 2017

(1) Le marathon mesure 42,195 km, ce qui correspond aux 26 miles et 385 yards du marathon des Jeux de Londres en 1908. C’est le 27 mai 1921, à son Congrès de Genève, que l’IAAF (fédération internationale d’athlétisme) a officialisé la distance à cette longueur. Auparavant, le marathon faisait « approximativement 40 km ».

Ceci peut aussi vous intéresser

Belgrade 2017 : deux Français champions d'Europe

Les  Championnats d’Europe d’athlétisme en salle viennent de se dérouler du 3 au 5 mars …